Fondamentalement, le principe d’apprentissage contextuel est simple. Il s’agit de présenter l’information dans le contexte de l’apprenant pour améliorer le processus d’apprentissage.

Ce concept ne date pas d’hier, mais nous voulons le remettre au goût du jour. Surtout, nous voulions lui donner une dimension digitale devenue indispensable aujourd’hui. 

Dans notre article sur le Learning in the Flow of Work nous nous sommes penchés sur les tendances du digital et comment ces tendances vont forcer une remise en question des plateformes SaaS traditionnelles.

Nous avons longuement parlé de l’augmentation du nombre de plateformes SaaS à disposition des employés. D’ou la nécessité pour ces plateformes de s’attaquer sérieusement à l’intégration avec d’autres outils pour ne pas voir leur usage diminuer sévèrement. 

L’apprentissage contextuel comme intégration du digital learning dans un environnement digital

En Digital Learning, c’est un concept qui s’appelle le “Learning in the Flow of Work”. Il s’agit de fournir la formation dans nos applications de productivité (Slack, Microsoft Teams, Google Apps, CRM, Microsoft Office, réseaux sociaux…) et dans le bon contexte. Par exemple, proposer un tutoriel Excel quand la personne travaille sur Excel.

Il est indéniable que cette intégration digitale des outils SaaS est un des défis majeurs de cette nouvelle décennie. C’est d’autant plus vrai pour les plateformes de Digital Learning. Elles ont du mal à générer de l’usage et souffrent de la concurrence de plateformes jugées “essentielles” par les employés.

L’apprentissage contextuel, quant à lui, englobe le Learning in the Flow of Work et va même au-delà. 

Il implique non seulement une intégration digitale de contenus d’apprentissage avec les outils de productivité digitaux utilisés au quotidien mais aussi une intégration physique.

B

L’apprentissage contextuel comme intégration du digital learning dans un environnement physique

Voici quelques exemples et chiffres qui démontrent que les cas d’usage sont déjà bien présents dans notre quotidien.

Avec l’évolution des technologies IOT, il est possible de fournir de la formation dans le bon contexte aussi en physique. En effet, le taux de pénétration mondial des smartphones a récemment dépassé les 75%. Des entreprises proposent des balises de géolocalisation à moins de 10 euros. Ces technologie deviennent à la portée de tous.

Comme l’explosion d’applications comme Yuka le suggère, nous utilisons de plus en plus de code-barres et de QR Codes pour obtenir des informations et de moins en moins des moteurs de recherche. 

Enfin, le succès récent de Pokemon Go nous indique également que la réalité virtuelle ou augmentée a atteint une pénétration critique. 

Aujourd’hui, Il est donc possible de contextualiser la (in)formation en physique, tout le temps et partout, que ce soit dans vos bureaux, dans votre usine ou dans vos magasins, dans vos écoles… 

Quels bénéfices?

Ne serait-il pas génial si nous pouvions accélérer et améliorer l’onboarding de nouveaux employés en leur donnant la possibilité de découvrir leur lieu de travail (magasins, bureaux, usines) via réalité virtuelle ? 

Si nous pouvions rencontrer nos collègues et rapidement comprendre leur rôle dans la société tout en nous promenant dans les locaux et en recevant de l’information contextualisée via balises de géolocalisation ?

Améliorer la sécurité dans les usines en rappelant les consignes de sécurité en temps réel ?

Nous débarrasser des manuels d’utilisation de 200 pages et obtenir l’information dont nous avons besoin simplement en scannant un QR Code? 

Tout savoir sur un produit en scannant son code-barre ou même simplement en prenant une photo ?

Envoyer des notifications sur les derniers contenus de formation disponibles, que ce soit de la compliance ou non, les actualités de l’entreprise, ou des recommandations de contenu ?

Les applications sont sans fin, il ne tient qu’à vous de les imaginer.

Vous l’aurez compris, l’apprentissage contextuel c’est donc rendre l’accès au contenu le plus simple possible et le fournir dans le bon contexte. Il faut que ce soit le contenu qui aille à l’utilisateur et non l’inverse. Ceci, quand il en a besoin, partout, et tout le temps.

B

Le Mobile Learning comme point d’accès idéal

Si notre solution est mobile-first et desktop-second, c’est bien pour cela. 

Quel meilleur support que le mobile pour recevoir des notifications, scanner des QR Codes ou des code-barres, se faire détecter par des balises ou avoir accès à de la réalité augmentée ou virtuelle ?

Dans un contexte dans lequel une majorité du contenu sera fourni dans nos applications de travail.

Ou le contenu de formation tend à réduire en durée et augmenter en fréquence.

Un contexte dans lequel l’apprentissage se gamifie de plus en plus.

Ou les sources de contenu se multiplient et beaucoup d’employés n’ont pas accès à un ordinateur.

Le mobile n’est t-il pas le point d’accès unique idéal ?

C’est en tout cas notre vision chez Bealink et nous ne sommes qu’au début. Il est maintenant permis de rêver d’expérience pédagogique extraordinaire et les réaliser, ensemble.