Chez Bealink, nous avons toujours cru à cette tendance qu’on appelle maintenant « learning in the flow of work ». Ce n’est ni plus ni moins qu’une stratégie d’intégration des expériences ou contenus de digital learning aux environnements de productivité. Nous lui préférons même le terme de pervasive learning, même si ce dernier est moins populaire car il n’est pas relayé par Josh Bersin

Le concept est d’avoir un accès simplifié au digital learning, partout, tout le temps. C’est, de facto, le meilleur moyen de créer une réelle culture d’apprentissage dans son entreprise. 

Plus l’accès à la donnée est simple, plus il y a d’usage et plus cela crée un réflexe quotidien chez l’apprenant. Se développer continuellement sans même se rendre compte que nous apprenons, n’est-ce pas là le saint-graal tant recherché ? 

Même si ce n’est pas tout à fait vrai, beaucoup de choses semblent aller dans ce sens. Expériences ludiques, micro-learning, gamification, intégration sociale, algorithmes de personnalisation, études des neurosciences…toutes ces innovations tendent à créer un environnement d’apprentissage dans lequel on se sent bien et on revient. Mais pour revenir, ne faut-il pas déjà être venu une fois?

Tous les éditeurs rivalisent d’ingéniosité pour exploiter les données des utilisateurs qui se sont connectés sur leurs plateformes. Les learning analytics, ou autres algorithmes de recommandation en sont des exemples. Les plateformes deviennent plus sexy, plus intelligentes. Néanmoins, ont-ils vraiment surmonté le premier obstacle de faire venir l’utilisateur à la plateforme une première fois ? 

C’est dans ce contexte qu’une stratégie de pervasive learning est essentielle pour une entreprise. Car si l’utilisateur ne se connecte pas à la plateforme, comment pouvons-nous connaître ses thèmes préférés ? Comment pouvons-nous analyser son parcours ? Comment lui faire enrichir son profil? Lui faire passer des quizz ou assessments ?

Pour nous, la plus grosse problématique d’une plateforme web (LXP, LMS, TMS ou autre) est, par définition, d’être une plateforme . Une question se pose donc, faut-il aujourd’hui miser sur une plateforme web? 

Peut-être à court terme, mais,  si vous optez pour une solution pérenne, sûrement pas. 

pervasive learning

En effet, pour un utilisateur, une plateforme en fait nécessairement concurrence à une autre (notamment sur l’allocation du temps), et ce, même si elles ont des utilités distinctes. 

Prenons le cas d’un commercial, qui a accès à un CRM, une suite Office, un webmail, un intranet, un réseau social d’entreprise, LinkedIn, un SIRH, un LMS ou LXP, un moteur de recherche… et à qui on demande de connaître précisément le périmètre fonctionnel de chacun des outils. 

Si on se dit que ce même commercial passe 70% de son temps entre son CRM, et sa boîte mail, ne serait-il pas plus judicieux d’intégrer l’information à ces outils plutôt que d’utiliser des techniques de marketing (learner marketing) pour le faire venir sur une plateforme de digital learning?

C’est en tout cas cette perspective qui nous anime au quotidien chez Bealink. Celle dans laquelle ce n’est pas l’utilisateur qui va au contenu, mais le contenu qui va à l’utilisateur, là où il se trouve et surtout, là où il travaille.